Maîtriser le GOPPAR pour une meilleure rentabilité de votre hôtel

articles mars, 2018

Maîtriser le GOPPAR pour une meilleure rentabilité de votre hôtel

Du RevPAR au GOPPAR, l’importance des indicateurs clés de performance d’un hôtel

Nombreux sont les indicateurs de performance que doivent prendre en compte les directeurs d’hôtels de nos jours. Si l’on parle souvent et à juste titre du RevPAR, une autre variable s’avère être un formidable outil pour définir la rentabilité et la productivité d’un établissement : Le GOPPAR (Gross Operating Profit Per Available Room).

Dans un précédent article, nous vous avions détaillé les secrets du RevPAR et du TRevPAR, deux indices de mesure qui accompagnent le quotidien des Revenue Managers. Le GOPPAR, quant à lui, ne s’attarde pas seulement sur le chiffre d’affaire généré par les chambres mais il prend en compte le revenu global ainsi que les coûts qui viennent impacter la profitabilité d’un hôtel.

En effet, pensez-y, votre RevPAR peut tout naturellement augmenter au fil des années en parallèle à la mise en place d’une bonne stratégie de Revenue Management, toutefois votre rentabilité dépend des coûts auxquels vous devez faire face. Il peut s’agir d’une augmentation des prix de certains fournisseurs, d’une mise aux normes de votre établissement impliquant des travaux ou une hausse de votre loyer.

Téléchargez notre article pour le lire tranquillement !



Le GOPPAR en situation

Votre établissement ne possède pas seulement des chambres. Vous mettez sans doute d’autres services à disposition de vos clients : Restaurant, bar, spa, salles de conférence… Naturellement, ces opérations vous permettent de dégager des revenus que vous devez prendre en compte pour avoir l’image la plus précise possible de votre rendement. Nous évoquions également les coûts plus haut.

Récapitulons : Pour calculer le GOPPAR, vous avez besoin de votre résultat d’exploitation qui comprend d’une part les revenus issus à la fois de votre hébergement mais aussi de vos autres points de vente et, d’autre part, vos coûts liés à ces opérations. Divisez ensuite ce chiffre par votre inventaire de chambres disponibles.

De façon concrète, voilà comment établir le GOPPAR de votre établissement :

Nombre de chambres 60
Période de commercialisation en jours 365
Nombre de chambres disponibles à l’année 21900
Revenu généré par département
Hébergement (basé sur un prix de vente moyen entre 80 € et 90 € / nuit pour un taux d’occupation à l’année de 80%) 1 500 000 €
Restauration (Petit-déjeuner, room-service, bar…) 800 000 €
Autres départements (MICE, spa & fitness…) 200 000 €
Revenu total 2 500 000 €

Intéressons-nous désormais aux coûts liés à ces opérations :

Hébergement (basé sur des charges à hauteur de 20%) 300 000 €
Restauration (basé sur des charges à hauteur de 40%) 320 000 €
Autres départements 60 000 €
Total des dépenses 680 000 €
Résultat d’exploitation (GOP) 1 820 000 €
GOPPAR 83

Voici donc de manière simplifiée la déclinaison d’un calcul du GOPPAR. Il existe évidemment un panel de sous-critères autant dans les revenus générés que dans les dépenses.

En réalisant cette étude de votre rentabilité de manière récurrente, vous avez également l’opportunité d’identifier vos forces et vos faiblesses. Demandez-vous par exemple pourquoi votre restaurant perd en rentabilité d’une année à l’autre, est-ce la faute d’un investissement effectué dans vos cuisine ou alors une baisse du nombre de couverts ? Quant à vos chambres, vous êtes agréablement surpris de voir que le profit généré par rapport aux coûts connaît une hausse fulgurante, sûrement le fruit de la mise en place d’une stratégie tarifaire cohérente et d’une gestion pertinente des chambres vendues sur les OTAs.

De manière globale et pour aller encore plus loin, analysez votre réputation en ligne. Est-ce que celle-ci a augmenté en même temps que votre GOPPAR ? Interrogez-vous si les investissements réalisés pour rénover votre hôtel n’ont pas positivement impacté votre réputation auprès des clients. Cette dernière n’est jamais étrangère à une augmentation de votre prix de vente et des autres indicateurs qui en découlent. ADR (Average Daily Rate), RevPOR (Revenue per Occupied Room)… Il existe plusieurs façons de mesurer les performances de son hôtel. Selon la taille de l’établissement, des chambres disponibles, des points de vente que vous proposez et naturellement des coûts liés à tout le fonctionnement opérationnel, prenez le temps d’étudier ces données pour optimiser votre efficacité.

Comme évoqué, la réputation en ligne peut vous aider indirectement à améliorer votre GOPPAR. Comment ? En effectuant les calculs que l’on a pris le temps de détailler, vous pouvez identifier d’une année sur l’autre la perte de vitesse d’une de vos opérations. Malheureusement, les chiffres ne vous diront pas si la mauvaise qualité de la literie peut expliquer la baisse du taux d’occupation ou si l’absence de buffet chaud est à l’origine de la faible fréquentation de votre petit-déjeuner. Les avis clients, dans leur récurrence, peuvent en revanche vous aiguiller sur les problèmes soulevés par les clients.

Tous ces indicateurs sont donc liés et doivent être sérieusement analysés afin de comprendre où résident vos avantages compétitifs ainsi que votre manque à gagner.

Chez Customer Alliance, nous accompagnons les hôtels à faire de leur réputation en ligne la meilleure arme possible, à la fois pour augmenter leur compétitivité mais aussi pour mieux apprécier les retours constructifs des clients dans le but d’améliorer les opérations.
Demandez une démonstration avec l’un de nos consultants pour comprendre les rouages d’une bonne gestion de la e-réputation et son impact sur les performances de votre hôtel.